cartes-au-trésor

IMG_5653

Tableau du jour # 2

 


Si le temps ne défile pas tel qu’on le perçoit, si l’espace-temps est une sorte de maillage qui se déforme sous le poids d’objets célestes, un maillage que je sillonne moi aussi à ma toute petite façon
(la tête me tourne)
faisons court
si le temps est de l’espace alors : où est le passé ? où est-elle la petite fille aux yeux écarquillés ?
A quel endroit précis de la départementale 122 ?

capture_d_e_cran_2017-04-19_a_17-45-07

Je suis sur la carte la route du doigt et du regard, passe le ruisseau et la source captée jusqu’à

Là ! Je pose mon doigt sur un lacet de la route et j’établis le contact, où plutôt je cherche à l’établir, parce qu’il est tout parasité, on croirait un message de la BBC tant c’est brouillé, trouver la bonne fréquence n’est pas facile

c’est fugitif, très fragile

puissant parce qu’arrive malgré tout le moment où ça y est

je suis la petite-fille-aux-yeux-écarquillés

alors ouvrir les yeux

pas assez

ouvrir grand les yeux

pas assez

les écarquiller

pas assez

écarter les yeux, encore, encore un peu plus, jusqu’à

jusqu’à les avoir aussi derrière la tête, jusqu’à ce qu’ils s’élargissent au point de recouvrir toute la tête

une tête d’yeux

et même ça

pas assez !

Parce qu’elle en est malade de devoir rester plantée là, au bord de la route, à juste : regarder !

Parce que même ça, la tête aux deux yeux énormes qui prendraient toute la tête, ça ne suffirait pas, il faudrait encore que les deux yeux énormes soient pourvus de bras, et qu’ils soient télescopiques, une multitude de bras télescopiques s’élançant vers tout, embrassant tout, une multitude de bras télescopiques serrant contre leurs petits cœurs de bras chaque pierre, chaque herbe, chaque nuage, chaque ombre du paysage, et que les bras soient encore capables de sentir la douceur de tout ce qu’ils serrent ainsi, contre eux

fort, très fort

jusqu’à

posséder, et emporter ?

Elle ne sait pas, elle n’y songe pas, elle ne songe pas

Juste cette sauvagerie qui a comme bondi en elle au sortir de la voiture surchauffée

Faire corps avec ce pays, celui-ci et pas un autre, se fondre dans cette beauté qui la ferait hurler si elle n’était pas si sage

En place de quoi : carte postale !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s